Guide en ligne sur l’utilisation des agromatériaux

L’utilisation des agromatériaux est très indispensable dans le domaine énergétique et/ou chimique… Les agromatériaux comportent des matières agricoles telles les agroressources, les agrocomposites, les fibres végétales, les polymères biosources ou autres résultant des procédés de production bio bien définies. Généralement, ceux-ci excluent les produits synthétiques tels les pesticides… L’IFOAM est l’organisation internationale, qui promeut la production et/ou transformation desdits produits, est la seule, à l’échelle mondiale, pour offrir un minimum de réglementations. Sur ce, faut-il déjà comprendre l’utilisation des agromatériaux ?

Les différents types d’agromatériaux

Il existe de nombreux produits agro matériau utile pour des usages énergétiques, chimiques et non comestibles par l’homme.

A l’instar le mélange des amidons, le lin, la cellulose, le chanvre et autres fibres végétales pour produire des agrocomposites, comme ceux exposés dans ce lien www.agrocomposites.fr. Ensuite, le tournesol, le lin, le colza, le soja ou autres pour produire des protéines et lipides. Puis, l’avoine, le blé, le seigle, le maïs, l’orge, les betteraves, la paille, les plantes médicinales, la sylviculture, le chanvre, le sorgho et autres fibres lignocellulosiques pour produire des glucides. Aussi, la production de l’énergie par le procédé du vermicompstage-bioconversion-méthanisation à base du mélange du compost, du biogaz, des engrais organiques, l’alimentation animale. En outre, le Phalaris, la canne de Provence, le Miscanthus, le saule, le Switch Grass, la luzerne, le peuplier en taillis et autres peuvent être transformés en bioproduit ou en biocarburant. Le Jatropha, le Colza, le tournesol sont nécessaires pour l’élaboration du biocarburant. Enfin, les œufs, le lait, les légumes, les céréales, les fruits, les viandes peuvent servir dans le cadre de la production des biosourcées.

Les conditions conventionnelles d’utilisation des agromatériaux

Généralement, l’utilisation (production ou la transformation des produits) est soumise à un minimum de réglementations internationales ou nationales telles IFOAM (International Federation of Organic Agriculutre Movements) ou autres et des procédures de certification. Ainsi, sont communément et conventionnellement commercialisable les seuls produits naturels (excluant les produits synthétiques), également dénommés produits agromatériaux, tels les fruits et légumes bio… Ce qui requiert également des méthodes d’utilisation obligatoires telles celles bio, mécaniques et agronomiques pour bien conserver le sol. En second lieu, tous ceux ou celles qui produisent, importent, exportent et/ou commercialisent les produits de la sorte doivent procéder à leur certification pour ainsi bénéficier de l’étiquetage et leur label en tant que produit bio. Ladite certification constitue l’étape de vérification de la conformité aux normes en vigueur. Il faut les soumettre à l’USDA aux Etats-Unis, le JAS pour le Japon, le Règlement CE No. 2092/91 pour l’Europe…

Focus sur les avantages de l’utilisation des agromatériaux

Tout d’abord, les méthodes d’utilisation des produits agromatériaux contribuent à la conservation de l’état naturel du sol. Ensuite, l’utilisation des produits agromatériaux peut contribuer au développement de l’énergie renouvelable, le recyclage des déchets agraires, de la chimie verte ou sur le long terme et/ou du bioproduit tels les carburants, le pétrole… Puis, cela constitue une valorisation des produits bios à des fins non comestibles comme dans le secteur du bâtiment, des plastiques,  des composites et des emballages. À l’instar des agro composites, la culture de la céréale, la culture des betteraves, la culture des fibres lignocellulosiques, les plantes aromatiques, les huiles essentielles, les colorants, la sylviculture, les déchets organiques, le tabac, les plantes d’ornement, les pépinières, les plantes oléagineuses… Enfin, à l’heure actuelle, bon nombre d’entreprises en compétitivité déploient leurs recherches pour produire et innover de nouvelles technologies à base de produits agromatériaux. Sur ce, certains chercheurs peuvent concevoir des plastiques à base de ressources végétales. D’autres chercheurs, dans le cadre du projet en immobilier neuf, ont su comment utiliser les agromatériaux pour concevoir de l’isolation, des édifices ou autres. 

Comment utiliser les agromatériaux ?

Généralement, il n’existe pas de réglementations universelles pour produire ou traiter les fruits, les légumes bios. Toutefois, les produits agromatériaux sont utilisés dans le cadre de la production, la valorisation et/ou transformation des produits alimentaires en ceux non consommables par l’homme. Telle la production des lipides, des glucides, des biosourcées, des biocarburants, des carburants, des énergies renouvelables. Pour ce faire, les scientifiques font recours à des procédés mécaniques, chimiques. Ensuite, lesdits produits sont commercialisables pour aboutir à des fins chimiques ou énergétiques. Puis, certains secteurs utilisent différents procédés biotechnologiques (biomasse, le biocarburant, la bioraffinerie….) pour obtenir des produits agromatériaux… A l’instar, les scientifiques recyclent les déchets organiques pour les inclure dans la chaîne énergétique via les procédés de la bioconversion, le vermicompostage, la méthanisation de l’agriculture ou autres. Le procédé de la bioraffinerie permet de fractionner certains composants à base de matière première pour obtenir des agromatériaux. Par le procédé de la transformation chimique ou mécanique, il est devenu possible de produire des biocarburants, biomasse et bioproduits à partir des cultures lignocellulosique. Enfin, les produits agromatériaux, dotées chacune des propriétés physicochimiques, biochimiques ou chimiques doivent faire l’objet de coupes macromoléculaires pour les fractionner ou les transformer et pour ainsi obtenir des biocarburants, des intrants alimentaires, des biomolécules ou autres à base de matière première bio.

 

Sous-traitance industrielle d’usinage : quels avantages ?
Les bonnes raisons d’investir dans une imprimante 3D